8/05/2013

INTERVIEW GODOY - TRADUCTION FRANÇAISE




Pour nos lecteurs qui n'ont jamais entendu parler des jumeaux Godoy, pouvez-vous nous donner une brève description de qui vous êtes ?

Il y a beaucoup à dire... Nous sommes des jumeaux identiques, bilingues anglais-espagnol, nous sommes nés a Mexico et avons vécu au Venezuela et à Puerto Rico gamins, parce que notre père était de l'Argentine et faisait toujours des affaires avec l'Amérique Latine. Bien que nous avons surtout vécus sur la cote Est des US depuis qu'on a eu 6 ans, on avait le virus du voyage depuis gamins et c'est toujours rester avec nous jusqu'à ce jour. On tatoue depuis 1985, on était skateurs professionnels de la génération de Tony Hawk. On était classés 15eme ou 16eme sur 75 sur le circuit professionnel. Et on était aussi musiciens punk rock. On joue avec Deniz Tek, le fondateur de Radio Birdman, depuis plus de 19 ans !!



On a fondé les Exploding Fuck Dolls avec Duane Peters, on a tourné en tant que membres des Vibrators, de Gary Lammin, et des Visitors pour leur réunion... On a tatoué EXCLUSIVEMENT Julia Gnuse, la femme la plus tatouée du Guiness Book of World Records. On a été dans une tonne de magazines et émissions télés - Guiness Prime Time, You Asked For it, Pro Sieben (Germany), Fuera de Serie (spanish speaking countries), Larry King Live... et autres. 

Julia Gnuse.
On détient 4 brevets sur la technologie "cool and tube vice" et un pour une alimentation électrique conforme aux standards santé complètement révolutionnaire. On a écrit un livre intitulé "Les Machines à Tatouage et Leurs Secrets" qui a été traduit en 6 langues avec tous droits réservés - ce manuel de l'industrie du tatouage a été adapté en un "e-book" pour que des artistes tatoueurs de PARTOUT au monde puisse payer et le télécharger. La sécurité a été cassée et le livre a été téléchargé plus de 990,000 fois illégalement, et ce rien que pour la version en anglais ! 

Skinned Alive
On a fondé notre propre compagnie avec le but d'améliorer et perfectionner la machine a tatouer électromagnétique. Ca a évolué dans une trajectoire a élever les standards dans l'industrie du tatouage. Nous pensons que l'éducation est impérative dans ce business... alors on offre tout ce que tout artiste de tout niveau a besoin pour être le meilleur possible ET pour protéger l'industrie contre fraudes, mythes, superstitions et pirateurs. On enseigne des séminaires globalement sur les machines a tatouage. Art possède "Funhouse Tattooing" a Vancouver (Canada) et Steve travaille pour Kari Barba à Outer Limits Tattoo en Orange County en Californie. On est accrédités comme étant les "parrains" du mariage du style de vie du skate avec celui du monde du tatouage tel que le documente le film de Bart Saric "Skinned Alive".

Art - 1988
Steve  - 2010

Qu'est-ce qui vous a introduit au monde du tatouage ? A quel âge, quand, quelles influences ? Est-ce que c'était quelque chose que vous avez tous les deux décider de faire ou bien l'un de vous a commencé d'abord ?

On est venu s'installer au USA quand on avait 6 ans. Ca fait partie intégrale de ce qu'on est devenu et de comment on percevait le monde. On s'est installé a Lancaster, Pennsylvanie. Cette ville était très conservatrice et fermée. Nous étions victimes de préjugés contre les "étrangers"... Comme on parlait espagnol, on n'était pas intégrés, bien qu'on parlait parfaitement l'anglais aussi ! Alors, comme tu peux voir, on était destinés à avoir des styles de vie différents et formes d'expression individuelles - qu'est-ce qui dit "allez vous faire foutre" mieux au monde que de ne pas en faire partie de leur monde ? le skateboard, le punk rock et le tatouage ! En ce qui concerne le tatouage, on a été exposés à l'album des Cockney Rejects "The Power and thé Glory" sur lequel ils montrent leurs tatouages sur le dos de la pochette. On avait une quinzaine d'années... 1982 environ. On avait commence à faire du skateboard en 1976, et on a découvert le punk rock original de l'Angleterre de 1977, après avoir été fan de Kiss... hahahaha, et c'était exactement le moment ou on commençait à succéder... ces styles de vies nous allaient parfaitement!! Le skateboard nous a appris l"individualité", le punk nous a appris la "rébellion", et le tatouage nous a appris la "créativité" , l'expression de soi et la liberté" . Rien ne pouvait comparer à ça. Les sports d'équipe? aucune chance... On a toujours eu l'attitude d'être individuels et non-conformistes depuis un très jeune âge. On a tout commencé ensemble... fait tout ensemble.

Est-ce que c'était difficile de vous faire tatouer quand vous étiez plus jeunes ?

C'était dur de ce faire tatouer. Il fallait avoir 18 ans. On s'était fait plein de tatouages faits maisons en 84... alors comme on était déjà "tatoués", on pouvait s'en faire faire. Il n'y avait pas tellement d'endroits a Dallas, Texas où on habitait alors... Mais, revenons un peu en arrière.. On était en Pennsylvanie jusqu'à ce qu'on se fasse virés de l'école en 82 quand on a déménagé a Mexico avec notre père. Faisions de skateboard de partout... totalement seuls. On est allés à Dallas où on était sponsoriser pour le skateboard en 1983. On avait toujours notre attitude et notre culture musicale... On est revenu en Pennsylvanie pour les derniers 6 mois de lycée... puis retour à Dallas en 84/85 où on a commencé à se faire faire des tatouages professionnels par des artistes locaux ( Robert Hackney, Ken Cameron et un mec du nom de "Patrick") et on a commencé à nous tatouer nous mêmes avec du matériel professionnel. ... Et en tant que skateurs pros, on prenait nos revenus et allions nous faire tatouer partout où allait pour des compétitions ou démonstrations.. et curieusement, les restrictions d'âge étaient respectées par ces tatoueurs de la vielle école.

Est-ce que vous pensez que la différence d'accès maintenant par rapport a avant, a changé la signification d'être tatouer ?

Accessible ? On pense que la société généralement "bouge" quand les choses sont acceptable. Ce n'est pas surprenant que ça a explose! C'est complètement "SUR" de se faire tatouer maintenant. Quand on a commencé, ça ne l'était pas. On était les skateurs les plus tatoués de notre génération et nos ventes dans le marché le montrait. Une étude de marché a démontré que c'était les mères de gamins de 14 ans qui achetaient les skateboards alors les compagnies ne voyaient aucun intérêt à faire leur marketing avec des jumeaux punk rock tatoués. Mais tu vois, on se fichait de ce qui était acceptable et on l'aurait fait n'importe comment. Maintenant, se faire tatouer est facilement accessible pour tout le monde, n'importe quel style est disponible pour quiconque... mais avec ça, est venu un manque d'ethnique dans cette industrie - conformité santé, fournisseurs vendant à n'importe qui, ... qu'est-ce que veut dire se faire tatouer maintenant ? Je ne pense pas que les choses aient changé tant que ça.. je pense qu'il y a plus et de meilleures options d'un point de vue artistique, mais en ce qui concerne la rébellion, ça n'est plus tellement le cas - à moins que tu te fasses tatouer tout le visage et que tu te fasses faire des tatouages de gangs. Il y a encore quelques endroits aux States où tatouer est encore tabou... mais pas aussi hors limites que quand on a grandi.



Etiez-vous des gamins créatifs - est-ce que vous dessiniez et créiez des trucs quand vous étiez jeunes ?

On a toujours était créatifs. On peut remercier notre mère pour ça. Quand on se plaignait de s'ennuyer, elle nous mettait un crayon dans les mains et nous disait - "dessinez!". On faisait de l'artisanat, taillait le bois, argile, sculpture, papier mâché !! On construisait nos propres rampes de skateboard... on peignait nos rampes et nos plateformes de skateboards.. Alors, oui, on a toujours été créatifs..

Est-ce que c'était inévitable, avec le skateboard et la musique étant vos passions depuis un jeune âge, que le tatouage vienne se rajouter à ce mix ?


Avec le style de musique qu'on aimait, c'était inévitable. Tu pouvais voir l'évolution de se rebeller avec des cheveux en épis et bracelets à pointes à écouter les Sex Pistols, à être plus extreme - crânes rasés et tatouages... se faire tatouer d'abord, puis FAIRE des tatouages. Pour nous, ça semblait être couru d'avance. On a jamais hésité ou flanché. On écoute la même musique depuis des décennies, on skate et on tatoue toujours aussi...
On a de sérieuses références à cause de ces passions. le mix de ces choses a facilement été absorbé à cause du fait qu'on était marginaux dans ce monde.. mais en réalité, c'était les cochons conformistes qui étaient les marginaux dans NOTRE monde.. La plupart des gamins ont peur de se rebeller ou d'être différents ou de se débrouiller tous seuls. Ce n'était pas une option pour nous... nos racines, nos filtres et notre détermination nous ont aides à accepter et à apprécier ces styles de vies et de persévérer et à avoir du succès avec chacune d'elles. On a redéfini ces styles de vies pour les adapter à NOS besoins, on a fait nos propres règles - car on ne se conformait pas aux standards établis du punk rock ou du skate non plus !


Comment êtes-vous devenus tatoueurs - avez-vous suivi une formation spéciale ? ensemble ou séparément etc ?

On a décidé que tatouer était quelque chose qu'on voulait faire et exceller dedans. On a essayé des formations mais à cause de nos voyages extensifs en tant que skateurs pros, on ne pouvait s'engager à faire une formation plein-temps. On se tatouait l'un l'autre, on apprenait tout ce qu'on pouvait en observant les artistes qui nous tatouaient. On surveillait la technique, on respectait des pratiques stériles, on faisait tout de notre mieux possible SUR L"UN ET L"AUTRE avant de s'entrainer sur des amis. Nous sommes totalement autodidactes.
Steve

Quels artistes inspirent votre travail ?

Plus aucun maintenant, l'un et l'autre actuellement. Dans le passé, nous avons toujours aimé le travail de Greg Irons. Il faisait des tatouages sur des tatouages ! Des lignes fines ! C'est ça qu'on aimait - la précision, le réalisme. On admirait les originaux du noir et gris aussi tel que Jack Rudy, Mark Mahaney... La plupart des autres nous semblaient rudimentaires.. Je parle de "avant". Maintenant, il y a beaucoup d'artistes impressionnants. Mais on s'intéresse plus à l'innovation de nos machines qu'à l'inspiration artistique en tatouage. Apres 28 ans à tatouer, nos intérêts sont différents qu'ils l'étaient dans les premiers temps. Beaucoup de nos vieilles aspirations sont devenues distantes en les revoyant. L'obsolescence de certaines mentalités et certains styles vieille école, la réalisation qu'on était désillusionnés par leurs mystiques font que maintenant c'est plus pour trouver de la valeur dans nos propres efforts - inventions, innovations et tout ça.

Sammy Ramirez mode machine.

Qu'est-ce qui vous a poussé à développer vos propres machines ?

L'insatisfaction que nous avions avec les machines qu'on achetait à des compagnies pourtant réputées. L'ennui aussi. La vraie raison de notre insatisfaction était notre propre ignorance au début. On écoutait d'autres artistes avec plus d'expérience que nous et pourtant on ne comprenait pas pourquoi leur travail était de qualité inférieure. On a beaucoup travaille avec nos machines. Leur développement s'est un peu fait par accident. On essayait des trucs et on les perfectionnait. De façons simples au début, puis de plus en plus complexes ! On commençait a comprendre le champ magnétique et la perméabilité. On a vraiment saisi la tension des fils en combinaison avec "stroke ".. les type de fils, les calibres spécifiques et enroulements sur une variété de bobines et alliages - suffisamment pour saturer les bobines a des tensions plus basses. C'était aussi pour notre besoin de connaissances d'essayer de comprendre le pourquoi et le comment de toutes les fonctions des machines et de logiquement et scientifiquement résoudre comment on pouvait appliquer çà à des techniques comme des lignes super fines, lisser de grandes parcelles de gris uniforme avec la machine ne surchauffant pas, sans perdre de puissance, sans sauter. Juste une uniforme consistance.

Little Swastika model machine.




Est-ce que vous pensez qu'il y a un manque de compréhension et de connaissances dans certaines parties de la communauté du tatouage à propos de l'importance de bonnes machines et de leur bon maintien ?

Manque de compréhension dans CERTAINES parties ? Dans TOUTES les parties ! Le manque de connaissances est absolument flagrant dans cette industrie du haut en bas. Deux plus deux n'est pas égal à quatre dans ce business. Il y a trop de superstition et de mythe. Les modes de de business standards ne marchent pas dans le tatouage. Les clients n'ont PAS toujours raison! Les plaintes contre les chinois qui vendent leurs produits bon marché. Les fournisseurs non responsable pour les produits qu'ils vendent, les artistes pensant que les fournisseurs savent ce qu'ils vendent... Le vrai problème c'est l'ignorance des artistes. Les artistes aiment se plaindre et prétendre qu'ils savent tout... une bonne machine? définie ça... est-ce la marque?

Art

NON, il y a des fabricants qui ont un "nom" et qui tatouent des gamins de 10 ans.. de toute évidence, ils ne comprennent pas la technique artistique, ils n'ont aucune idée comment on fait faire à une machine ce qu'il faut. Une bonne machine?? L'essentiel à savoir est que n'importe quelle machine électromagnétique PEUT ETRE TRANSFORMEE EN UNE BONNE MACHINE. Comprenez le fonctionnement, les composants, les spécifications... le parallélisme. Il y a des caractéristiques de bases dont une machine a besoin pour être 100%. Les buts sont de comprendre ça et la relation que ça a avec la technique et de la modifier selon TES besoins et NON PAS de devoir t'adapter à ce que tu sors de la boite. N'acceptes pas que la machine que tu achètes est déja toute réglée. Qui l'a construite? qui l'a vendue? Est-ce qu'ils savent vraiment ce dont TU as besoin, et ce dont la machine a besoin pour pouvoir faciliter tes besoins artistiques techniques ?

Les artistes peuvent contrôler leur industrie, on peut décider qui reste et qui doit partir et qui on va laisser entrer. Il y a beaucoup de gens qui entrent dans NOTRE industrie dont la réputation est douteuse.. Je dis NOTRE industrie parce qu'il y a des gens impliques dedans juste pour faire de l'argent, qui ne tatouent pas, qui n'ont pas payes leurs droits dans ce business. Juste parce que un fournisseur peut acheter des produits chinois en masse et les revendre, ne veut pas dire qu'il sait quoi que ce soit a propos de ce qu'il vent.

L'ignorance des magazines essayant de créer et définir la "culture du tatouage" comme étant un tas d'obsédés habillés commas des vampires des années 50 avec de la peinture du jour des morts sur la figure photographiés dans un cimetière, est complètement à côté de la plaque.. ces magazines de la "culture du tatouage", et d'ailleurs presque tous les magazines dans cette industrie montrent des photos d'artistes en train de tatouer sans "bags" sur leurs machines et 99% des artistes regarde cette photo et pense que c'est une PROCEDURE normale et acceptable juste parc qu'ils le voient dans un magazine!... CA NE L"EST PAS ! Ce n'est PAS réglementaire avec les normes d'hygiène ! Cet art dépend de la science et de la physique - systèmes techniques et mécaniques - et de l'observance de procédures avec des règles d'hygiène strictes parce que les clients SONT l'élément le PLUS IMPORTANT dans notre équation. Ils viennent dans nos salons innocemment pour se faire tatouer et sont parfois accueillis avec des gros egos et des attitudes, persuadés avec des images sous-standard, et dissuadés de leur propres idées originales parce que l'artiste n'est pas assez compétent pour faire le travail TEL UQE LE CLIENT LE VEUX, occasionnellement même, tatouant avec des machines mal ajustées et un amateurisme non raffiné.

Godoy Pedal


C'est un boulot de service clientèle. C'est une opération chirurgical mineure et en tant que tel, il n'y a pas de place pour des "trousses tatouages" ou d'appareils "entrée de gamme". Malheureusement, tout ça existe, c'est partout, les magazines en font des pubs plein page payées par les fournisseurs qui vendent ce genre de "trousses de base", qui vendent aux amateurs leurs nouvelles identités... Et les pubs pour vêtements avec "salope" ou "white trash tatoué" écrit dessus, est-ce que c'est le genre de choses que nous, en tant que "artistes professionnels" voulons être associés avec? La réalité est que les fournisseurs ne sont pas tenus responsables pour ce qu'ils vendent. Ils ne prennent pas la responsabilité de comprendre les produits qu'ils vendent, ce n'est pas leur boulot. Rappels de pigments, aiguilles qui peuvent avoir plusieurs différents types de "tapers" dans un groupement. Parfois ils acceptent des renvois de machines couvertes de déchets dangereux de clients qui ont touchés leurs machines avec leurs gants contaminés directement, sans les protéger, puis qui les revendent. TOUS NE LE FONT PAS MAIS IL Y EN A QUI LE FONT... Malgré ça les artistes mettent toute leur confiance en ces fournisseurs. Allons donc, vraiment ?? C'est une épidémie et ce qui est vraiment foireux c'est qu'il y a un grand nombre d'artistes qui s'en foutent parce qu'ils sont si occupés à soigner leurs images et maintenir leur egos qu'ils ne savent même pas qu'il y a un problème. Ceux qui savent qu'il y en un ne savent pas exactement qu'est-ce qu'est le problème ou comment l'attaquer! Nous sommes des clients aussi, on achète des pigments, et des aiguilles et on fait nos propres groupements, on est concernés par la qualité et pas la sécurité. On contrôle le serrage de nos aiguilles plutôt que de nous conformer au "standard chinois", vu qu'ils sont ceux qui vendent des groupements tout faits très inconsistants. On essaie de ne rien acheter à qui que ce soit qui ne fait pas partie de la solution. Nous avons fait des tonnes d'interviews dénonçant ces faits. A cause de la croissance en popularité du tatouage, de son énorme potentiel de profits et du statut de "rock star" qu'un artiste obtient immédiatement, il y a plein de débutants qui arrivent dans nos effectifs. Les fournisseurs leur vends n'importe quoi sans une pensée pour le mal que cela peut causer. Il y a une fine ligne entre le manque de compréhension et ignorer de façon flagrante ce qui se passe vraiment. Aucun magazine n'a eu les couilles de publier aucune de nos interviews de peur d'offenser les compagnies qui payent des pubs pleines pages et de peur de devoir admettre qu'EUX-MEMES aident à perpétuer des éthiques sous-standards.

Est-ce que vous tatouer quand vous êtes en tournée ou bien il y a t'il une séparation entre les multiples parties de vos vies ?

On tatoue dans nos salons respectifs. On tatoue 6 jours par semaine alors quand on part en tournée, on ne tatoue pas. On préfère juste jouer de la musique ou faire des séminaires. On sépare les différentes parties de notre vie parce que, en étant réaliste, c'est dur de fonctionner à 100% quand tu fais trop de choses à la fois.

Est-ce que vous travaillez toujours ensemble quand vous tatouez ou il y a t'il eu des périodes où vous étiez ou travailliez séparément ?

On habite à trois heures de vol d'écart... alors quand on est ensemble, on travaille physiquement ensemble à construire nos machines et sur la conception de nouveaux prototypes. Quand on n'est pas ensemble, on se parle au téléphone tous les jours pour discuter de nos idées et projets. Quand on se retrouve de nos jours, on ne tatoue pas toujours, on fait d'autres trucs. Toutes nos vies, on a toujours tout fait ensemble, le skate, le tatouage, et jouer dans des groupes.

Est-ce que vous trouvez que votre art et style de tatouage est similaire, quelque soit sur quoi vous travaillez ?

Oui, ils sont très similaires. Il y a quelques différences mais très similaires. Notre approche au tatouage n'est pas aussi planifiée que certains, on dessine sur la peau avec un stylo.. beaucoup de travail à main levée. notre clientèle sait comment on fonctionne. On fait aussi beaucoup de réalisme, de recouvrages et du travail très détaillé auquel la plupart ne toucherait pas.


Vous avez vraiment eu une vie pleine, il semble que vous vous avez entrepris tout ce que vous avez pu, quelles passions vous motivent encore ?

haha, c'est vrai, on a d'ailleurs parfois entrepris plus que ce qu'on pouvait gérer.. Les passions que nous avions quand on était des gamins asociaux et qui ont formés nos personnalités et caractères, continuent de nous pousser. Ces choses sont si engrenées dans nous, qu'on ne peut se renier. Elles nous ont donner notre direction et énergie. On aime toujours faire du skate et surfer. On aime encore tatouer et être créatif en musique. On aime voyager et voir des endroits nouveaux. On aime faire des séminaires qui enseignent réellement on a beaucoup de satisfactions à voir des gens vraiment bien "saisir". On adore faire des tournées et jouer de la musique! Toues ces choses nous ont apportés tant de satisfactions et de succès. On ne définit pas le succès comme gain monétaire, on le définit comme bonheur et épanouissement. Nous avons un monde plein d'amis et d'artistes à la même page que nous, qui veulent faire des changements positifs dans notre industrie. Voir des gens tel que Brett Fisher et sa famille, de 2Evolve Tattoo Supply à Cape Town, faire ce qu'ils font pour le tatouage, ça nous motive plus loin encore. Nous sommes inspirés par tant de choses. 

1 comment: